ACCUEIL >>Les médicaments en 2005 : « Trop peu de progrès »
Sur le Web
Les médicaments en 2005 : « Trop peu de progrès »
samedi 11 novembre 2006 , par Christian Portal

Prescrire publie son Palmarès 2005 du médicament.
La revue note qu’il « est particulièrement peu étoffé : aucune Pilule d’or, un seul médicament “inscrit au tableau d’honneur”, et trois seulement “cités au Palmarès”. »

Prescrire estime que « ce maigre Palmarès illustre bien la raréfaction, au cours des dernières années, du nombre de nouveaux médicaments représentant un progrès thérapeutique tangible pour les patients ».

La revue constate par ailleurs que « trop de nouveaux médicaments ont une balance bénéfices-risques clairement défavorable ».
Prescrire précise ainsi avoir « coté « pas d’accord » 9 % des nouveaux médicaments analysés en 2003, 10 % en 2004 et 22 % en 2005, contre seulement 1,5 % en 1990 et 1 % en 1995 ».

La revue estime que « le système d’innovation pharmaceutique est en panne : de trop nombreux nouveaux médicaments ne représentent pas un progrès thérapeutique pour les patients, mais une régression ».

Prescrire note en outre que « la publicité pour des médicaments auprès des professionnels de santé ne semble plus contrôlée, avec seulement 12 interdictions », et remarque que « la publicité pour des médicaments de prescription auprès du grand public, bien qu’interdite, est de plus en plus pratiquée, souvent déguisée en “information” sur la santé et les maladies ».

Prescrire poursuit, indiquant que « ce résultat alarmant met en cause les autorités sanitaires, en France et en Europe, qui ne sont pas assez exigeantes pour la santé publique. La démonstration d’un progrès thérapeutique devrait être au cœur des autorisations de mise sur le marché », conclut la revue.

Prescrire numéro 269


Bien sûr, la revue Prescrire est une référence en matière d’indépendance face aux laboratoires pharmaceutiques, mais comment croire une telle position quand elle réclame encore plus de médicaments ? Certainement, Prescrire critique les médicaments inefficaces et son rôle est utile, mais elle reste dans la sujétion au pouvoir pharmaceutique, car en réclamant des médicaments plus efficace, elle proclame son attachement au pouvoir des laboratoires.

La médecine occidentale rencontre des échecs et compte sur de nouveaux médicaments, toujours plus efficaces pour améliorer la situation. mais c’est en matière d’antibiotiques que la situation est la plus carricaturale et peut-être la plus dangereuse. Si les médecins prescrivent beaucoup d’antibiotiques, et même quand celà n’est pas nécessaire, ce n’est pas par bétise ou par vénalité. C’est simplement parce qu’ils n’ont pas appris à faire autrement !
 [1]

L’OMS a établie une liste qui sélevait en 2002 à 325 spécialités médicamenteuses. [2] . Or actuellement, le nombre de médicaments en France s’élève à plusieurs dizaines de milliers, pour de nombreuses spécialités identiques. On voit qu’au lieu de resserrer les ambitions sur les médicaments essentiels Prescrire et avec elle le monde médical réclame le nouveau médicament qui viendra comme un sauveur. Le concept de « médicament espoir » est régulièrement resservi par les media chaque fois qu’un laboratoire communique sur un nouveau produit.

Le problème qui est en cause est celui d’une pensée médicale commune qui croit que la sauvegarde du malade passe par des progrès pharmaceutiques. Or en séparant la pharmacie de la médecine, cette dernière se place en situation de sujétion et ne peut prétendre à son indépendance. La solution ne peut que venir de la recherche d’alternatives propres à régénérer les paradigmes de la médecine occidentale.

Boutons pour partager l'information

[1-* Dans les pays développés, jusqu’à 60% des infections nosocomiales sont dues à des microbes résistants aux médicaments. Les plus récents d’entre eux semblent être l’entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) et le Staphylococcus aureus résistant à la méthycilline (SARM). Ces infections contractées ordinairement en milieu hospitalier commencent aussi à s’étendre au monde extérieur.

  • Près de la moitié des antibiotiques consommés dans le monde sont utilisés pour soigner des animaux malades, comme accélérateurs de croissance pour le bétail, et pour détruire divers agents pathogènes dans les aliments. Cette médication continue - souvent à faible dose - se traduit par le développement d’une résistance des bactéries présentes chez les animaux d’élevage ou dans leur environnement, et peut produire de nouvelles souches résistantes capables de « sauter » des animaux aux humains. L’ERV est un exemple de bactérie résistante apparue chez les animaux qui a pu se transmettre aux humains. http://europa.eu.int/comm/research/...

[2La liste modèle OMS est mise à jour tous les deux ans depuis 1997. La liste modèle de 2002 contient 325 principes actifs et est divisée en une liste principale et une liste complémentaire. Les médicaments sont désignés par leur dénomination commune internationale (DCI) ou leur nom générique sans faire référence à des noms de spécialités ni à des fabricants. La liste modèle représente à la fois un produit modèle et un processus modèle. _ http://whqlibdoc.who.int/hq/2002/WH...





Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Ecologie et approche causale des systèmes
 Présentation
 Accueil
 1 - Qigong de l’arbre
 2 - Qigong « Hommage aux étoiles »
 3 - Qigong des cent merveilles
 4 - Qigong du dragon rouge
 5 - Qigong du cavalier
 Les truites changent de sexe
 6 - Qigong de la paix intérieure
 7 - Massage des trois trésors
 8 - Qigong du Guerrier
 Enseignement d’un sage indien
 1999-Dossier Monsanto (L’écologiste)
 1999-L’esprit des plantes
 2001-Faut-il tuer tous les microbes ?
 2001-L’homme moderne et l’homme traditionnel
 2002-La Hague au coeur du débat
 2005-France : les OGM en secret
 Syndrome de l’huile toxique
 La médecine chinoise bientôt reconnue comme patrimoine mondial ?
 Cuisine et diététique chinoises
 Les méthodes pour nourrir la vie
 Les conseils du Pr. LEUNG KOK YUEN
 Vaccinations
 Santé publique
 Cancer
 Traitements
 Amalgames dentaires
 Dossier Beljanski
 Dossier Médecines non conventionnelles
 Dossier justice
 Dossier médicaments
 Dossier Sida
 Dossier environnement
 Dossier médecine chinoise traditionnelle
 Deuxième congrès internationnal d’acupuncture en Amérique du Nord
 Entretien avec Jerry Alan Johnson (Spécialiste Qigong)
 Accidents liés aux plantes chinoises
 Il n’y a pas une médecine, mais des médecines
 Conflits d’intérêts
 Proposition de Paul Lannoye
 Mission d’Evaluation et de Contrôle des Lois de Financement de la Sécurité Sociale
 Colite pseudomembraneuse
 Grippe espagnole
 Interactions avec les produits naturels de santé
 Informations contradictoires (grippe aviaire et grippe humaine)
 Sureté des vaccins
 Pour une bonne pratique vaccinale
 Les dommages liés à la vaccination
 Contamination des vaccins
 Vaccins et autisme
 A propos du classement sur les maladies nosocomiales
 Codex alimentarius
 MTC et chimiothérapie
 Grippe et Tamiflu°
 Grippe aviaire
 Position maternelle de l’accouchement
 Polémique sur l’ulcère à l’estomac
 Virus et bactéries en partie responsables de l’obésité ?
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 Conférence de Bogumila Cyrulik
 Contact
 Pour une médecine écologique
 Cure du foie

Association Sun Simiao

Médecine traditionnelle chinoise une écomédecine  

Christian Portal
88 rue de Videlle
78830 Bullion


Dernière mise à jour : samedi 29 octobre 2016
retour au sommaire